Suicide à France Télécom, le déni de réalité d’une certaine classe politique.

Le procès des suicides à France Télécom, qui ont eu lieu durant les années où Didier Lombard en a été le PDG, pour rappel de janvier 2008 à mars 2010, vient de s’ouvrir au tribunal correctionnel de Paris.
Il est l’aboutissement juridique d’un scandale social, qui a eu comme conséquence une vague de suicide exceptionnelle, au sein de l’entreprise devenue aujourd’hui Orange.
Les méthodes managériales prônées par Didier Lombard, pour redresser la société France Télécom au bord du dépôt de bilan nommées plan Next (Nouvelle Expérience des télécommunications), seront au cœur des débats tout au long des audiences de ce procès particulier. Espérons aussi, qu’il sera pour certains, le révélateur d’une scotomisation d’un mal profond de notre société néolibérale, celui de la souffrance au travail. En cela, il permettra un éveil de la conscience collective indispensable pour appréhender de manière humaniste, la réalité d’un monde où compétition dépasse raison.
Nous voyons bien malgré tout que les causes, d’un tel management, sont constitutives d’une aberration de notre système économique soumis aux idéologues du néolibéralisme.
Celui-ci oblige les dirigeants d’entreprise par l’intermédiaire de managers zélés, sous l’effet de contraintes liées aux marchés dérégulés, à une célérité dans l’action managériale qui laisse peu de place à une réflexion sociale. Nous pouvons observer de fait, une totale absence de valeurs humaines qui soient placées au centre des préoccupations stratégiques des grands patrons quant aux mesures à mettre en place pour la réussite de plans sociaux inéluctables parce qu’ indispensables.
Les politiciens en charge de gouverner actuellement notre pays, semblent avoir peu de considération pour un changement stratégique résultant de cette logique néolibérale.
De ce fait, il est bien regrettable qu’ E. Macron dans une de ses interventions lors des célébrations du 1er  mai, ait cru bon de souligner qu’il est la fête du travail et non des travailleur.es.s, et aussi félicité ceux qui aiment le travail. Il en oublie ce faisant, tous ceux qui meurent à cause du travail , soit de maladies professionnelles, soit accidentellement ou en se suicident.
Des situations, telles que celles qu’ont vécues les employés de France Télécom, existent toujours malheureusement dans notre pays. Elles sont moins spectaculaires et donc moins retentissantes donc moins médiatisées. Elles entraînent souvent ,dans une indifférence coupable, malheureusement la mort incompréhensible chaque jour de policiers, d’agriculteurs, de personnels soignants, de cheminots, d’employés de tout corps de métier désespérés, dans un déni de réalité d’une classe politique dirigeante qui n’a d’ yeux que pour les courbes statistiques de l’économie capitaliste. Elle en oublie ainsi l’essentiel, le bien-être social et psychologique de ceux qui sont les acteurs désabusés de cette économie mortifère.

© Jean-Luc Richevaux le 08/05/2019

2 commentaires sur “Suicide à France Télécom, le déni de réalité d’une certaine classe politique.

  1. Lorsque des personnes d’une même entreprise, d’une même profession, d’un même corps de métiers se donnent la mort à la chaîne, il est évident qu’il y a un problème auquel on doit chercher une solution. Tout discours visant à dire le contraire est pur déni, pire le choix de sacrifier le bien-être social pour des intérêts économiques comme cet article le fait remarquer.

    Espérons en tout cas comme vous le dîtes que ce procès apportera des réponses qui susciteront une prise de conscience.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s