« Je respecte la liberté d’opinion, la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage ». E. Macron le 07/07/2019.

La rhétorique d' E. Macron, en comparant volontairement l'action syndicale des professeurs correctrices et correcteurs du Bac à une prise d'otages, se distingue par l'utilisation d'une métaphore quelque peu provocatrice. Ce faisant, il a soulevé, une fois encore, un tollé chez bon nombre de commentateurs de la vie publique. Les syndicalistes ont vivement réagi considérant qu'une … Lire la suite « Je respecte la liberté d’opinion, la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leurs familles en otage ». E. Macron le 07/07/2019.